La Directive « Fin de Vie » (1997-2000)

 

 

De toute l’histoire de la FFVE, la menace la plus importante, lourde d’un enjeu simple, celui de ne plus pouvoir, à relativement court terme, utiliser les véhicules anciens, est venue de Bruxelles et non pas de Paris.

 

Il s’agit de la Directive « Fin de Vie » (End of Life Vehicles ou ELV), imaginée en 1997 sous la pression de groupes écologiques et adoptée le 29 Juillet 1999, en dépit d’un recours de la FIVA pour en exclure les véhicules anciens. 


La Directive stipulait que tout véhicule non utilisé depuis « un certain temps » (…) devait être recyclé. Elle incluait de surcroît de sérieuses contraintes au marché de la pièce d’occasion.

 

Le 26 Octobre 1999, jour de semaine, la FIVA et la FFVE réussissent à mobiliser 1046 collectionneurs dans les rues de Strasbourg, près du Parlement Européen.

On y note une proportion des véhicules français insolemment majoritaire… 20.739 pétitions sont remises à la Présidente du Parlement, la Française Nicole Fontaine. 

 

Après cette « manifestation de rue », la pression de la FIVA et de la FFVE continue et aboutit, après quelques acrobaties littéraires (concept de « véhicule chéri », etc.), le 3 février 2000, à l’inclusion d’amendements qui aboutissent à rendre la Directive totalement inopérante. Le Conseil des Ministres Européen valide les textes en Mai 2000.

 

Suite à ce dénouement quasi idéal, à tout collectionneur qui demande


« à quoi sert notre Fédération ?»,

 

la réponse devient simple :


« à vous permettre de rouler ! Sans elle, vous ne seriez plus en état de le faire… »