Véhicules Militaires (2002-2006)

 

 

C’est sur ce dossier que le vocable de «combat» serait le plus approprié…

 

L’affaire commence en 2002 avec la Loi Sarkozy sur la sécurité intérieure, votée dans la mouvance des attentats du 11 septembre 2001. Le texte intègre des mesures de contrôle, pouvant aller jusqu’à la destruction des matériels militaires. Ceux-ci incluent les véhicules militaires de collection, les assimilant à des armes de 2ème catégorie.

 

Des députés (Franck Marlin, Christian Estrosi, etc.), prennent fait et cause pour la FFVE et déposent des amendements. Mais l’arrêté d’application met trois ans à venir et n’est publié qu’au J.O. du 23 novembre 2005. En plus, il n’est pas satisfaisant et menace toujours de saisie et de destruction les véhicules militaires de collection.

 

Les collectionneurs grondent, la presse s’émeut et la FFVE continue à exiger une distinction entre les véhicules militaires de collection et ceux de combat. La situation est enfin débloquée les 22 mars et 6 avril 2006, lorsque le Président Delagneau, assisté de Jean-Claude Accio (Vice Président Utilitaires et Militaires) et d’Alain Quemener (Président du MVCG) obtiennent la rédaction d’une circulaire adressée aux Préfets et apportant des précisions utiles sur l’application du décret du 23 novembre. Sans entrer dans les détails, la notion de «pièce de collection» est prise en considération et traitée différemment des armes proprement dites. 

 

Quatre années pleines auront été nécessaires pour venir à bout de cet épineux dossier. La forte mobilisation et la générosité des collectionneurs ont beaucoup aidé à l’épilogue heureux de cette très longue saga.

 

 

Reglementation_militaire