Reconnaissance des grands carrossiers français par l'Unesco:

 

Dès 1887, Panhard et Levassor devint le premier créateur d'automobiles au monde (avec Benz et Daimler pour l'Allemagne).

 

Jusqu'aux années 1950, les grandes marques françaises (Bugatti, Delage, Delahaye, Hispano Suiza, Hotchkiss, Salmson, Talbot, Voisin etc mais aussi Citröen, Peugeot et Renault) étaient parmi les premières au monde.

 

Les amateurs de ces marques pouvaient acquérir châssis et moteur chez le constructeur et choisir un carrossier extérieur.

 

Ainsi de 1920 à 1970, la Carrosserie Française était la plus connue, la plus recherchée, la plus renommée. Les grands carrossiers que furent Chapron, Figoni-Falaschi, Franay, Gangloff, Guilloré, Kellner, Kelsch, Labourdette, Letourneur & Marchand, Saoutchik etc représentent un patrimoine exceptionnel et un savoir-faire unique.

 

Une des missions de la FFVE étant d'assurer la mise en valeur et la transmission de ce savoir-faire, nous souhaitons que ces grands noms de la Carrosserie Française soient reconnus par l'UNESCO comme l'est aujourd'hui la Gastronomie Française.

 

Pour préparer cette reconnaissance, la FFVE a organisé au Salon Epoqu'Auto à Lyon du 8 au 10 novembre 2013 une première exposition de 26 voitures de 14 grandes marques françaises, réalisées par 17 grands carrossiers français.

 

 

 

 

Après ce premier succès, le stand de la FFVE lors du salon Rétromobile 2014 a accueilli de belles carrosseries françaises.

 

Puis en juillet 2014, à l'occasion du Mans Classic, la FFVE a organisé une nouvelle exposition de belles carrosseries françaises. Voyez la vidéo présentant les véhicules exposés ci dessous :

 

La FFVE sollicite donc l'UNESCO pour obtenir ce classement au niveau mondial, classement qui ne pourra que valoriser et surtout protéger à jamais, ce formidable Patrimoine que représente l'Automobile Ancienne.

 

N'hésitez pas à écouter l'interview de Claude Delagneau le dimanche 3 Novembre 2013 sur RMC. Interview réalisée par Jean-Luc MOREAU.

 

 

 

Pour bien comprendre ce qu'était le travail des carrossiers français,
prenons un exemple:

BUGATTI TYPE 28 torpédo prototype de 1921

 

Ce projet de restauration a été réalisé sous la maitrise d’œuvre du musée National de l'automobile (propriétaire du véhicule) animé par Richard KELLER et soutenu par la Fondation du Patrimoine

 

Les travaux ont été exécutés par : HH Services, 2 rue du Rhin Napoleon 67000 Strasbourg www.carrosserie-hh.com

 

Ecoutons tout d'abord Hubert Haberbush nous parler de son métier:

 

          C'est grâce à l'action  de Claude Delagneau à la présidence de la FFVE , mettant en valeur les plus grands carrossiers français « haute couture » qui ont su élever leur métier d'art à un niveau d' excellence mondial, qu'une demande d'inscription au patrimoine mondial de l’Unesco a été rendue possible.

           Ainsi, notre ambition est de redonner à notre artisanat français de l'automobile une reconnaissance mondiale en termes de talent et d'imagination.

          Ce sont ces compétences à la française qu’il faut aujourd'hui mettre en avant en valorisant l'héritage d'un savoir-faire spécifique en matière de carrosserie automobile.

          Ces métiers de carrossier et de sellier sont déjà reconnus par l'inscription au répertoire des métiers d'art en 2003.

          Aujourd’hui, l'engouement pour l'automobile ancienne et la valeur marchande des véhicules donne un formidable souffle d'espoir à notre secteur d'activité de la restauration conservation de ce patrimoine et bien culturel.

 

         Une labellisation a été mise en place au travers des E.P.V. (entreprises du patrimoine vivant) et l'inscription à l'institut national des métiers d'art (INMA). Ceci donne une garantie sur la maîtrise des techniques traditionnelles ou de haute technicité et une garantie que les travaux auront lieu dans des ateliers d'artisans français reconnus. L'objectif de développer une filière d'excellence du savoir-faire français en matière de restauration automobile avec comme première vocation la transmission de ces savoirs, les valoriser et d’adapter une formation au plus près de l’état présent et à venir du secteur et des ateliers. Cette formation d’excellence métiers d'art répondra à une demande de jeunes passionnés par l'automobile, l'artisanat, mais aussi la création et la gestion.

 

          Cela facilitera ainsi une médiatisation à l'échelle internationale.

 

Hubert Haberbusch

Maître carrossier, Entreprise patrimoine vivant

 

 A la sortie de l'usine Bugatti, il y a un châssis moteur non carrossé:

 

 

Pour le carrossier, la première étape consiste à fabriquer une structure en bois qui accueillera la tôlerie:

 

 

 

Après le travail de l'ébéniste, vient le travail du tôlier:

 

 

 

Puis vient l'assemblage de la carrosserie sur le châssis, la peinture des éléments ayant été effectuée au préalable:

 

 

Après de nombreuses heures de travail complémentaires: sellier, chromage, polissage ... le résultat final peut enfin être apprécié de tous.

 

 

Merci Messieurs pour ce travail d'orfévre!